Calendrier

Août 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 << < > >>
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   

Annonce

Qui est en ligne?

Membre: 0
Visiteur: 1

rss Syndication

Archives

Mai272016

Ergothérapie en psychiatrie

Pinli responsable des ergothérapeutes nous propose de visiter l’aile de réhabilitation psychiatrique de l’hôpital. 

Il existe différents espaces dans ce service, nous découvrons premièrement la salle d’informatique, où les patients peuvent s’informer de ce qui se passe en dehors de l’hôpital et sur leurs pathologies. Deuxièmement, Pinli nous présente la salle de bricolages, où l’on y voit un patient agrafant des cartons pour réaliser une boîte, qui servira plus tard à emballer des figurines qui seront ensuite vendues en dehors de l’hôpital. Puis, il y a la salle de poterie, où les patients moulent des figurines, qui représentent des personnages emblématiques de la ville de Wuxi. Ces dernières seront, par la suite, peintes et vendues. Une autre salle contenant des machines à coudre sert à la création de textiles et les patients font des retouches sur les habits des professionnels et différents tissus utilisés dans le centre (rideaux, draps,…).
Il y a aussi une cuisine, utilisée pour le moment par les patients hospitalisés en psychiatrie, mais qui dans l’avenir pourrait s’ouvrir aux patients avec atteintes neurologiques. 

Les patients ont également la possibilité de travailler au sein de l’hôpital afin de garder ou reprendre contact  avec la société : il y a un petit shop, un café, un « nail bar » et un petit potager en extérieur où les employés ont la possibilité d’acheter les produits cultivés. Tous les patients de l’hôpital possèdent une carte qui remplace l’argent liquide, elle est utilisée pour les petits achats du quotidien et c’est aussi sur cette dernière que les patients reçoivent un dédommagement pour les tâches effectuées dans les lieux cités auparavant. 


Ce sont surtout les ergothérapeutes qui réalisent les traitements des patients hospitalisés dans le service de réadaptation psychiatrique. En plus des activités déjà présentées, ils réalisent de la peinture, de l’éducation thérapeutique (alimentaire, santé,…) et des activités physiques dans une salle. La réintégration en psychiatrie est réalisée uniquement par les ergothérapeutes, il n’y a pas de physiothérapeutes (sauf si un trouble fonctionnel est associé à la pathologie psychiatrique). A leur sortie, les patients peuvent bénéficier de logements communautaires, adaptés, pour s’assurer de leur réintégration sociale.


Mai272016

Contexte de l'hôpital de Tangren

Les informations que nous décrivons découlent de nos observations et hypothèses


Mai272016

Pédiatrie

Une grande salle aux murs molletonnés est à disposition pour le rééducation pédiatrique. Un seul thérapeute est présent ce matin là, entouré de deux enfants et de deux accompagnants. Dans cette salle, il y a une table bobath, un petit cyclo-ergomètre adapté pour les enfants, des barres parallèles pour enfants, des escaliers pour enfants, des petites balançoires pour travailler l'équilibre, des swissballs de différentes tailles, des matelas et une multitude de jeux.
Le service a ouvert il y a environs 6 mois, le thérapeute est ni spécialisé en physiothérapie, ni en ergothérapie, c'est un « généraliste ».

Lors des traitements suivis, nous voyons de la mobilisation des membres inférieurs (MIs) en rotation latérale, de la mobilisation en flexion des MIs et des étirements (triceps sural et ischios jambiers). Il y a un enfant de 3 ans  avec paralysie cérébrale, ayant une hypertonicité des MIs. Il possède des attèles anti-équins qui ont été réalisées par des orthopédistes. Le thérapeute travaille ensuite avec son patient l'équilibre en genoux redressés, puis la marche en genoux redressés avec appui contre une swissball sur les matelas. Le second enfant présent est une fillette qui réalise premièrement de l'électrostimulation au niveau du bassin, puis du cyclo-ergomètre avant la mobilisation avec le thérapeute. La séance se termine en travaillant la marche et les escaliers avec les deux patients présents ce jour-là.

Lors d’une séance, nous avons pu observer qu’une complicité est présente entre le thérapeute et la mère de l’enfant. Ils disent être devenus "amis" au fil des séances.

Le gouvernement a décidé de soutenir les enfants atteints de paralysie cérébrale dans leur thérapie en offrant une couverture pour les soins de 0 à 6 ans. D’après le thérapeute, cette atteinte représente 2 pour mille des enfants au niveau mondial. Les deux enfants que nous avons vu avaient souffert d’un manque d’oxygène à la naissance.  


Mai272016

Gestion de la douleur et des émotions


Un sujet ayant souvent refait surface lors de nos debriefings quotidiens est la gestion de la douleur et des émotions des patients comme des soignants. Nous avons eu l'impression que les patients intériorisaient leur souffrance, et cela est perçu en Chine comme une force intérieure. Il nous a semblé que si la personne montrait une force de résistance à la douleur, cette dernière allait guérir plus vite. Pour illustrer ce propos, nous voulons présenter une patiente souffrant d'une restriction de mobilité en flexion de genou (ne dépassant pas les 30°). Suite à une fracture, cette dernière nous a paru souffrir enormément; elle tremblait de douleur. Lorsque nous avons demandé si elle prenait des antidouleurs, elle nous a répondu qu'elle ne souhaitait pas en prendre. De plus, lors de la visite avec les infirmières, ces dernières nous ont expliqué que dans leur culture, il n'est pas bon pour le corps de prendre trop de médicaments, c'est pourquoi les prescriptions d'antalgie se font rares (en cas "d'urgence"). Les traitements non-pharmacologiques sont privilégiés.

Nous avons aussi remarqué que lorsque les patients pleuraient, les soignants et les proches les encourageaient à sécher leurs larmes. Nous avons aussi pu observer que parfois, les proches ont des gestes violents (tappent sur la main ou le bras) lorsque le patient gémit. La barrière de la langue diminue fortement notre capacité de compréhension de la situation. Toutefois en questionnant l'équipe soigante, ils nous ont répondu que montrer ces émotions pouvait être perçu comme un signe de faiblesse.

Il est vrai que pour nous cette particulrité de la culture chinoise est assez difficlle à gérer car nous ne voulons pas poser de jugements sur leur pratique (et ce n'est pas le but du projet) mais cette notion fait partie intégrante de nos formations et il est donc difficile d'y faire abstraction. 

En parlant à un professionnel de la difficulté de voir certains patients atteints dans leurs capacités, le thérapeute a répondu : "Mais il faut être optimiste! Peut-être que les nouvelles technologies permettront d'améliorer leurs capacités."

En discutant avec les infirmières, elles nous ont expliqué qu'en réhabilitation, peu d'antalgie était prescrite. Cependant, dans d'autres situations (cancer par ex.), les prescriptions changent. 

Mai272016

Transmission et Dossier de soins






Chaque patient a un dossier sur un programme informatique où les différents professionnels de la santé transcrivent leurs données. Les infirmières n’ont pas accès à ce qu’écrivent les physio et ergothérapeutes.
Le médecin semble être la personne qui reçoit et transmet toutes les informations importantes. Nous avons appris que lorsqu’il y a une discussion entre l’équipe infirmière et le médecin, un professionnel en physio et ergo est présent.


Les infirmières notent toutes leurs données directement sur le dossier informatisé tous les jours, parfois via une petite console portable de la taille d'un téléphone. En leurs expliquant, qu’en Suisse, les infirmières ont accès à « toutes » les données, les infirmières répondent qu’elles ne seraient pas forcément toutes intéressées à avoir accès aux notes des physio et ergos.


Les physio et ergothérapeutes ne remplissent le dossier de soins qu’une à deux fois par semaine.




1, 2  Page suivante